Welcome visitor you can log in or create an account

L'auteur

Né à Paris le 8 décembre 1862. Mort à Rueil Malmaison le 5 juin 1921. Georges Feydeau naît le 8 octobre 1862 rue Saint-Pétersbourg à Paris.
Il fait ses débuts au théâtre comme comédien et imitateur dans le cadre d’un petit club de théâtre intimiste : le cercle des Castagnettes.
Il remporte d’agréables succès mondains grâce à des saynètes. Puis, à 20 ans, il se lance dans l’écriture d’œuvres plus conséquentes. En quelques jours, il écrit sa première pièce en un acte et à deux personnages intitulée « par la fenêtre ».


En 1883, il fait son service militaire et continue à écrire des pièces dont certaines parodient la condition du militaire.
En octobre 1889, il se marie avec la belle Marianne Carolus-Duran. Avec son ami comédien Maurice Desvallières, Georges Feydeau va dès 1890 élaborer ses premières pièces à succès. Il joue avec lui ses propres créations. C’est avec « Monsieur Chasse » en 1892 que Georges Feydeau obtient son premier succès public (plus de cent représentations).
Il fume d’énormes cigares et répond un jour à l’acteur Germain qui lui demande s’il n’a pas mal à tant fumer : « Au contraire : dans le nuage épais de mon cigare, je vois mes personnages. »
Les succès s’enchainent : « Champignol malgré lui » joue 422 fois, « Un Fil à la patte », créé en 1894 est un grand succès, « La Dame de chez Maxim » en 1899 sera un véritable triomphe.
Georges Feydeau est d’une exigence folle concernant l’interprétation de ses pièces et parfois d’une rare férocité. Il écrit une soixantaine de pièces.
A la question : Comment êtes-vous devenu vaudevilliste ? Feydeau répondait cependant : « C’est bien simple. Par paresse tout simplement. Comment ! Cela vous étonne ? Vous ignorez donc que la paresse est la mère miraculeuse du travail. »

Il divorce de sa femme et prend pension à l’hôtel du Terminus près de la gare Saint-Lazare. Les dernières années de sa vie seront très difficiles pour lui. Il contracte une maladie d’origine vénérienne. Un délire confus mais également très lucide s’empare progressivement de lui. Il s’identifie, entre autre, à Napoléon III.

bandeau partenaires TRPL